24/06/2009

Les noires cosmopoles par NILO

 

LES NOIRES COSMOPOLES

 

J'ai marché le désert

Des rues de cosmopoles

M'abritant du soleil

Dans des bars interlopes.

 

Au fond de l'underground

Du haut d'un tabouret

J'ai sondé dans des nuits

A chasser le cafard

Les sous-sols de misère

Sous la terre battue

Arrosée de crachats

Et d'urine fétide.

 

Dans la moiteur plombée

Des glaces de comptoir

Les visages n'étaient

Qu'images au pochoir

Incrustées dans la crasse

Qui collait à la peau

Et donnait à chacun

Des airs de sueur froide.

 

La bière se prenait

Pour du whusky sans âge

Dans le verre pilé

Des tessons de bouteille

Tenus à bout de bras

Comme des oriflammes

Par des mecs qui faisaient

Leurs guerres à rebours

En vendant à l'encan

Les souvenirs des cris

Accompagnant la mort

Dans les yeux des enfants

Comme ceux de leur mère

Qui mettaient dans le viol

Un espoir de survie.

 

J'ai marché le désert

Des rues de cosmopoles

A voir les cicatrices

Et le sang sur les murs

Et les vitres brisées

Qu'on ne remplaçait plus

Et les portes fermées

Sur les bruits de la rue

Qui claquaient des tac-tac

Des AK 47.

 

Alors, pour un dollar

Dans les bars interlopes

Des rues de cosmopoles

Ou de villes mirages

Aux portes du désert

J'ai payé le silence

M'offrant une autre peur

En noyant dans la bière

Mes envies de tendresse

En cherchant le regard

D'un voisin de comptoir

Venu vider des verres

Comme on vide un chargeur

 

Et puis les yeux cernés

Par les trop longues nuits

Avant que le sommeil

Ne remplace la peur,

Lorsque le vent retombe

Et laisse en paix le sable

Dans l'écho du silence

Où s'étouffent les cris,

A l'aube de l'espoir

D'un jour enfin meilleur

J'aime regarder les rues

De noires cosmopoles

En me disant toujours:

Dieu que j'aime l'Afrique.

 

                             NILO

 

SOURCES: OUTREREVE.COM

                  RESERVOIR AND CO

09:01 Écrit par jim dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Dur poème.
Bon début de semaine mon ami.

Écrit par : khanouff | 29/06/2009

Répondre à ce commentaire

yo mon ami oui, il s'agit d'un texte très dur en effet mais son auteur a grandi et longtemps travaillé en Afrique.
j'accorde donc beaucoup de crédit à son témoignage sincère et empli d'humilité.

que tout aille bien pour toi, Khanouff.

Écrit par : jim | 30/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.